G-Virus strike back!

Posted in cinéma, Jeux Vidéos with tags , , , , , on janvier 14, 2009 by fae333

Resident Evil: Degeneration, le film.

Mais non, mais non! Je ne vends pas la mèche en clamant le retour du G-Virus dans Resident Evil: Degeneration, le  »post Raccoon City » frôlant la perfection (On parle sérieusement ici de full-length CG animation, merci Sony Pictures Entertainment Japan!). Bien que n’ayant pas été une Clairegamer de Resident Evil, j’ai suivi cette série sporadiquement, mais avec grand intérêt. Et pourtant, à première vue, le virus T n’est pas l’idée la plus beautiful que j’ai pu voir, malgré tout, les personnages, l’ambiance creepy, et le renouvellement des probabilités tellement peu probables mais toujours étonnantes prennent le dessus. C’est avec joie que l’on retrouve le joli minoi de la survivante Claire Redfield, 7 ans après les évènements de Raccoon City (Après avoir été infestée par le virus T…le G aussi apparamment, un missile nucléaire avait été lâché sur cette cité, tuant la quasi totalité des habitants.) Leon S. Kennedy fait également son grand Leonretour, plus sérieux et déterminé que jamais, ne visant que la tête! Mais sincèrement, THE personnage, celle que je souhaite vraiement (comme dirait mon chum…) revoir, Angela Miller, la super agent tactique du Special Response Team. Plutôt intrépide, on lui attribue l’énigme et le pillier central de l’histoire entière, évoluant tout le temps au côtés de Leon, qui n’y demeure pas indifférent. À travers coups de feu, chasse aux zombie et retrouvaille inattendue, Claire, Leon et Angela tracent leur chemin péniblement dans Harvardville parmi l’assaut des deux virus, se retrouvant tous les trois avec leur passé aux trousses par dessus le marché. Bref, au photo_19programme, graphiques et dessins grandioses (Visionnez en Blu-Ray, je suis certaine que cela en vaut la peine.), actions et aventures, frissons et envies…envie de crier!! Une suite s.v.p….

On achète, ou on loue?: Les fans achètent, les curieux louent, et peut-être achètent-ils ensuite!?:)

Ça vaut le coup pour: La perfection des personnages…je vous laisse juger par vous même. (Mention spéciale à la magnifique robe pourpre d’Angela à la scène finale…)

Ma note: 9.8/10

C’est l’histoire de…

Posted in La vie on janvier 12, 2009 by fae333

…la petite madame qui n’aimait pas le Kool-Aid. C’est triste quand même.

beverage-kool-aid

Just like a Circus

Posted in La vie, Musique with tags , , , , on décembre 2, 2008 by fae333

Circus 1 Merci, merci divinité divine de nous envoyer cet album directement des douces douceurs d’un endroit parfaitement paradisiaque! ENFIN, Circus est arrivé, et il est délectable. À la première écoute, on ne peut que constater la maturité frappante avec laquelle Britney Spears a créer cet album. Abordant toujours l’amour avec autant d’ouverture et de romantisme profond, le Circus de B. nous surprends de plus en plus à mesure que les chansons tournent. Alors que le solide  »hit » Womanizer ouvre la cérémonie avec aplomb, les Circus, Kill the lights et If U seek Amy qui enchaînent ne nous accordent aucun moment de répit tant ils sont captivants et accrocheurs. Sans pouvoir l’expliquer, il a y une certaine finesse nouvelle dans le montage et les voix de ces chansons entraînantes dans lesquelles on se perd parfois. Je donnerais comme simple explication que dans le cas de Britney, on ne s’y perd pas, voilà tout. Bien que jusqu’à maintenant j’ai apprécié la Reine de la Pop pour ses  »beats » plus mouvementés, quand il s’agit de Circus, les ballades sont à l’honneur. Out from under est une douce chanson qui m’a littéralement touché au coeur, par l’interprétation et les textes. Quicksand, My Baby, Unusual You et Amnesia sont autant de véritables bijoux encore une fois pour les paroles et aussi la composition vraiment unique. Basse, piano, guitare, bien que parfois plus  »style Circus 2garage » (J’entend par là l’utilisation des instruments de musique tradionnels au détriments des boîtes à sons et des synthétiseurs), le côté Pop électronique n’a pas su quitter les tréfonds de Britney. Pourtant, elle sait toujours rassembler allègrement cette combinaison peu commune en un tout absolument unique et bien construit. Sans rien se cacher, B. doit une fière chandelle à notre chère Lady Gaga pour Amnesia et Quicksand, cette première chanson nommée, qui est à mon avis le chef-d’oeuvre de l’album, dominant déjà le palmarès de mon compteur iTunes. Bref, que vous soyez ravis, étonnés, stupéfaits, dépassés ou fou de joie, Britney Spears est réellement de retour, et de retour sur le tant convoité trône de la Pop. Prosternez-vous devant la Reine, elle ne mord pas!

Visitez le myspace de B. pour un avant goût de sa prochaine vidéo, Circus : http://www.myspace.com/britneyspears

Ne manquez pas For the Record sur les ondes de MTV, dimanche 22h00.

Ma note: 10/10

Ça vaut le coup pour: Ben…c’est Britney quand même!

On achète, ou pas?: Quoi?! Vous ne l’avez pas encore acheté?!

Circus 3Oh et…Joyeux Anniversaire Britney!

Fight!

Posted in Jeux Vidéos with tags , , , , , on novembre 30, 2008 by fae333

C’était au début des années 90, ne me demandez pas précisemment quelle année, mais j’avais environ 7 ou 8 ans. (Je sais, déjà à cet âge…) Je me souviens de Mortal Kombat sur console SEGA, ça vous dit quelque chose!? MK vs DC 1Et voilà qu’aujourd’hui, me menant dans un état d’excitation paroxitique, on m’offre sur Playstation 3 (Je n’ai nul besoin de préciser que c’est ma console number ONE…) un petit bijou: Mortal Kombat vs. DC Universe. Pour en avoir entendu parler quelques semaines avant sa sortie officielle, j’appréhendais un peu ce qu’ils allaient faire de ces deux concepts légendaires que sont MK et DC. Après avoir passé un après-midi/soirée lesScorpion doigts collés à la manette de jeu, je peux affirmer que je ne suis pas du tout déçue. Tout d’abord, les personnages sont magnifiques et vraiment exploités au maximum de leurs forces. J’ai été plus qu’heureuse de retrouver des figures familières, surtout dans le camp de Mortal Kombat; Scorpion, Sub-Zero, Kitana…Chapeau aux décors grandioses et étonnament variés. On passe de la planète Krypton, à la BatCave, au centre-ville de Gotham et Métropolis, par le Château de WonderWoman ou bien les hangars militaires de Sonya…eeet j’en passe. De plus, ces milieus de combat ne sont pas que des parures, il est possible d’intéragir avec l’environnement comme en poussant son adversaire contre une balustrade pour se battre en chute libre, ou en le traversant violemment contre une série de murs en béton pour un pourcentage de dommage. Les séries de mouvements de combat sont plutôt variés et diffères d’un personnage à l’autre selon leurs aptitudes. Heureusement, de ce que je connais des figures, aucun détail n’a été laissé au hasard. The JokerOn retrouve donc les lasers de Superman, le fouet de CatWoman, les éventails de Kitana, les épées de Baraka et etc. Pourtant, le personnage que j’attendais avec impatience, (The Dark Knight influence I guess…), le Joker. Et oui, ils ont osé. En plus d’être aussi psycophate qu’il peut l’être au quotidien, le Joker rigole et ironise même en combattant, et c’est à se tordre. Finalement, les différentes options de jeu sont un plus pour ce jeu qui peut devenir redondant au fil du temps. Il est possible de jouer en mode arcade, en ligne, histoire ou versus.

Ma note: 8.5/10

On achète ou on loue: Hummm, choix difficile. On loue pour essayer et ensuite on achète si on aime vraiment.

Ça vaut le coup pour: Les personnages intéressants et le challenge  »online ».

Pssst Pssst…ne manquez pas la sortie d’un jeu légendaire ce 4 décembre prochain, c’est sur PC, XBOX, DS et PS3…

Persia

Told you!

Posted in La vie with tags , , on novembre 26, 2008 by fae333

Les chats veulent réellement notre peau, ce n’est pas une farce.

Strike backThey’re everywhere

Hitcat??

Posted in Multimédia with tags , , , , , , on novembre 17, 2008 by fae333

Ahhhh ces chats. Ces petites bêtes mystérieuses, stupides, hypocrites et si attachantes…et si ils étaient vraiment ce que décrit les dessins de Matthew Inman. Gare à vous! Tiré de…


You know you love her…xoxo

Posted in Littérature, Télévisuel with tags , , , on novembre 12, 2008 by fae333

Gossip girl est une télésérie américaine tragico-comico-romantique (ouf!) inspirée d’une série littéraire du Gossip Girl 1même nom, Cecily von Ziegesar en est l’auteure tandis que Josh Schwartz en est le créateur. Bien que très peu fidèle aux livres (on a changé des noms de personnages principaux sans vergogne!), la série télé a su capter l’attention de la génération Y. Sex, drugs and…pop!

Dans le magnifissime, précieux et chic Upper East Side de la ville de New York, un groupe de…d’adolescents (au départ j’avais écrit  »jeunes adultes », mais je me suis désistée…), tous riches et héritiers bien sûr, est suivi à la trace par la mystérieuse Gossip girl. Cette jeune  »commère » qui fréquente inévitablement le Collège privé de Constance Billard, nous rapporte tous les potins juteux des personnages fascinants (on se demande pourquoi au juste…!) que sont Serena Van Der Woodsen, sa  »meilleure » amie Blair Waldorf, Nate Archibald et Chuck Bass.

Gossip Girl 2 À première vue, Gossip Girl en série télévisuelle, c’est un peu comme une énorme jare de bonbons multicolores. C’est beau, il y a de la couleur, c’est original et ça sent bon. Ensuite, on a vraiment envie d’en manger…beaucoup. On pige, ici et là, toujours surpris par les nouvelles saveurs et textures. On en mange, on en mange, et surtout, on en veut encore plus. Et finalement, on commence à avoir mal à l’estomac…aux dents. Ça gargouille un peu, on grimace parfois mais au bout du compte, on se dit que ça valait la peine. Alors vous savez quoi…on recommence à manger des bonbons…beaucoup de bonbons!!! Voilà comment je décrirais la série Gosssip Girl et je m’explique un peu. Au départ, les personnages sont attachants. On leur donne aisément notre pitié puisque malgré leur richesse et leurs écarts quelques peu disgracieux (et pas tous révélés au grand jour je vous jure!), les pauvres petits héritiers semblent avoir un coeur et oui, surprise!…une capacité de réflexion. Au cours de la première saison, on savoure sans culpabilité le retour de Serena qui entraîne une chaîne d’évènements chaotiques et tous tempérés par sa première conquête sérieuse. Puis le petit jeu de chat et souris de Blair et Chuck nous fait palpiter à cent milles à l’heure tandis que l’amour secret et maladif de Nate nous trouble quelque peu. Pourtant, toutes ces superbes situations plus rocambolesques les unes que les autres nous lasses assez rapidement. Tout comme ces jeunes gâtés à l’os, nous devenons nous mêmes désabusées…et blasés!

Heureusement, les  »pauvres » viennent rééquilibrés justement la balance et à mon avis, ce sont eux qui Gossip Girl 3sauvent cette série précaire! Jenny et Dan Humphrey fréquentent eux aussi les Collèges privés de l’Upper East Side, mais sans tout cet argent, ce mépris et cette grosse tête. C’est avec délectation que l’on regarde Dan conquérir le coeur de Serena au début de la première saison, mais avec rancoeur et infini tristesse que l’on regarde Serena replongée dans sa déchéance en enterrant également son amour avec elle. Mais chaque fois, je me dis que le seul et unique personnage qui mérite vraiment, vraiment de l’attention dans cette grande saga est la petite soeur de Dan, Jenny Humphrey. Si ce n’est pas de la persévérance dont elle fait preuve, je vous demande ce que c’est! Bien qu’elle soit la plus discrète, elle ne manque de s’immiscer discrètement…pour finalement éclater au grand jour. Chapeau Jenny, heureusement que tu es là…

Ma note: 7/10